Maroc

17 juin 2020 0 Par anne@25saul
Maroc

Marrakech, Rabat

Voyage dans 4 villes (nous en présentons 2 aujourd’hui)  = 4 interdictions de rentrer dans un cimetière musulman, pour nous autres, non musulmans !

Dans la campagne ou dans des lieux « touristique », pas de problème.

Donc aucun reportage possible autour de tombes, à l’exception des tombeaux saadiens, du mausolée de Hassan II, lieux historiques -entrée payante, où les visiteurs de tout poil peuvent entrer et filmer-, par conséquent vous ne verrez que les cimetières chrétiens et juifs où l’accueil fut chaleureux.

Si les cimetières chrétiens sont à l’abandon, c’est qu’ils sont gérés par l’état, sauf les carrés militaires entretenus par les pays auxquels ils appartiennent. 

Si les cimetières juifs sont souvent mieux entretenus, c’est qu’ils sont privés. 

I Marrakech

  • Les tombeaux saadiens datent de l’époque du grand sultan Al-Mansur (1578-1603). Ces tombeaux ne furent découverts que vers 1917, puis restaurés par le service des Beaux-Arts. Le Mausolée abrite les corps d’une soixantaine de Saadiens, dont Al-Mansur, ses successeurs et sa famille. L’édifice est composé de trois salles. Le mausolée le plus prestigieux est la salle des douze colonnes. Cette salle abrite la tombe du sultan fils Ahmed El Mansour. Sa coupole en bois de cèdre ouvragé, et les stucs sont finement travaillés ; les sépultures, de style hispano-mauresque, sont en marbre de Carrare d’Italie. À l’extérieur, se trouvent les tombes des soldats et des serviteurs.
  • Cimetière européen

  • Cimetière Juif

  • Bab Ghmate

  • Tombeaux Saadiens

II Rabat

  • Mausolée de Hassan II

Tombeau royal situé à Rabat. Il se trouve sur l’esplanade de la Tour Hassan et en surplomb de l’embouchure du fleuve Bouregreg. Le mausolée abrite la tombe de Mohammed V, et celles de ses fils Moulay Abdellah et Hassan II. Il a été construit entre 1961 et 1971, soit 10 ans de travaux auxquels collaborèrent 400 artisans. L’architecture du mausolée a été conçue par l’architecte Vietnamien Eric Vo Toan. Cet édifice est caractérisé par son style classique andalou selon l’art traditionnel marocain.

Le sultan Mohammed Ben Youssef, connu également en tant que roi Mohammed V (après l’indépendance), était un monarque très apprécié par le peuple marocain, le sultan est également populaire pour avoir refusé d’appliquer les lois antisémites du régime de Vichy, protégeant ainsi quelque 400 000 juifs au Maroc. Il est considéré comme « le père de la nation marocaine moderne » et l’un des personnages clés des négociations de l’indépendance du Maroc. 

Le mausolée a été édifié selon le style traditionnel andalou sur une superficie de 1 500 m2. À l’extérieur, le monument est bâti de marbre blanc italien et recouvert d’un toit pyramidal de tuiles vertes, comme le vert de l’étoile du drapeau du Maroc, symbole de la royauté alaouite. Les murs de l’intérieur sont ciselés de calligraphies coraniques et recouverts du Zellige (mosaïque) traditionnel. La coupole est en cèdre de l’Atlas dorée à la feuille et en acajou peint, sous cette coupole se trouve le sarcophage royal d’onyx pakistanais blanc contenant la dépouille de Mohammed V (1909-1961). Dans les angles, se trouvent les tombeaux du prince Moulay (1935-1983), fils cadet de Mohammed V, et frère de Hassan, roi du Maroc de 1961 à 1999.

  • Cimetière européen

  • Cimetière Juif ancien

  • Cimetière Juif nouveau

  • Mausolée Mohamed V