Cimetières marins

18 avril 2011 0 Par anne@25saul
Cimetières marins

La Guadeloupe suite : Cimetières marins

  • Port-Louis, au nord-ouest de Grande-Terre, fut d’abord appelée Pointe d’Antiques avant de porter le nom de Louis XIV. Rebaptisée sous la Révolution Port Libre, elle retrouve son nom actuel au XIXème siècle.

  • Anse Bertrand, à l’extrême nord de Grande-Terre, fut le lieu de refuge des Indiens Caraïbes qui fuyaient les premiers colons. Peu à peu, leurs descendants cédèrent leurs terres aux colons venus y cultiver la canne à sucre et le coton. C’est ainsi qu’en 1790 on y comptait 12 cotonneries, 24 moulins à vent et 21 sucreries.

  • Bouillante, au sud de Basse-Terre, l’un des plus anciens bourgs de la Guadeloupe, fut baptisé « îlet-aux-Goyaves » lors de sa fondation au XVIIème siècle.
    Son nom actuel provient des nombreuses sources d’eau chaude (80° environ) qui jaillissent un peu partout dans les environs, y compris sous la mer.
  • Gosier : son nom vient du pélican appelé, au 17ème siècle, grand-gosier du fait de l’importance de son bec et de sa poche. Ces oiseaux avaient pris l’habitude de venir manger des alevins et des petits crabes en bordure de la Grande Baie, juste avant l’entrée de la ville. C’est aussi le lieu d’arrivée, tous les quatre ans, de la fameuse Route du Rhum, ralliant Saint-Malo au Gosier.
  • Baie-Mahault fait office de porte d’entrée pour l’île de Basse-Terre lorsqu’on vient de la Grande-Terre. Sur son territoire se trouve la zone industrielle de Jarry Houelbourg qui est le cœur économique de la Guadeloupe.
    Le « mahault » : arbre fréquent dans cette région, de la même famille que le palétuvier.
  • Saint-François